https://armoiries-noblesse-belge.blogspot.com/
"Horum omnium fortissimi sunt Belgae"
De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves

 
Blog d'Olivier Nolet de Brauwere,
Héraldiste et Généalogiste
(pas de profil sur les réseaux sociaux)
Ce blog vous plaît ? Faites le connaître.

DE BRAUWERE VAN STEELAND (Pierre, 1781-1855) - MEMOIRE


Notes Généalogiques, Anecdotiques et Historiques de la Famille de Brauwere de Nieuport en Flandre


Père adoptif de Johannes Nolet de Brauwere.
Pierre de Brauwere van Steeland (1781-1855).
(langue maternelle : néerlandais), 
père adoptif de 
Johannes Nolet de Brauwere van Steeland
(1815-1888).
La filiation prouvée remonte  à un Archer à cheval faisant partie de la garde de corps de Marguerite d'Autriche. Les recherches ont permis de reconstituer son équipement, le style et type de vêtements portés, le salaire, des anecdotes. Au-delà, on ne possède qu'une suite de prénoms remontant la filiation au Moyen-Age (note de l'auteur du blog). 


Introduction




  Si nous ne pouvons refuser aux grandes Illustrations Nobiliaires, un tribut d’admiration pour les hauts Faits qui leur ont valu la faveur des Princes et la vénération de leur Postérité ; il ne paraîtra pas déplacé, que cette classe qui la suit de prez & que J’appellerai la Seconde dans la Société, ressente aussi la Satisfaction secrète qu’éprouve tout homme bien né, de posséder une Généalogie Honorable.
  C’est par elle, quoique sur une moindre échelle qu’il doit lui être permis de constater également, les Titres par lesquels il s’est acquis l’amour et le respect de sa Famille et la considération de ses Concitoyens.

  Comme J’ai la Conviction que mes ancêtres ont rempli avec Conscience et fidélité cette mission intermédiaire, ma Famille peut à son tour s’applaudir de posséder une suite d’ayeux qui ont occupé avec distinction, des Places honorables …



(début page 2)

 … dans les Hiérarchies, Civile, Militaire et Ecclesiastique.
  Je n’entrerai pas dans les particularités qui distinguent les deux Classes, il suffira pour faire ressortir l’importance de la Seconde, de dire, qu’elle, forme la chaine neçessaire qui lie les deux extrêmes et qu’elle  soutient avec la première l’honneur et la Noblesse comme elle forme avec la troisième (Le Peuple) la force de l’Etat.
  C’est sous l’influence de ces idées, qui depuis longtems Je m’étois proposé d’écrire ce Memoire, mais souvent le tems et l’ensemble des materiaux me manquoient, aussitôt que j’ai pû les réunir, je me suis mis à l’œuvre.
  Mes recherches m’ont convaincu, qu’il est difficile de pênétrer bien avant dans le moyen âge sans trouver que les documens qu’il faut faire extraire des Régistres d’Etats civils, tels que Naissances, Mariages ou Decés, ne fassent defaut, ou bien ils sont ecrits avec tant de négligence et d’ineptie par les Ecclesistiques d’alors, qu’il n’est pas rare de voir les noms de Personnes d’une même Famille, ortographiés differament dans un même acte. Ces irregularités augmentent encore à mesure qu’on avance dans les 16me & 15me siècles, tandis qu’en remontant plus haut, il devient presqu’impossible de rien prouver clairement par cette voie.
  Dès lors ce n’est qu’à l’aide de Généalogies, d’extraits d’Epitaphes des Monumens qui les portent & d’annotations particulières de Familles, qu’on peut se guider et c’est en les comparant aux Evénemens ou aux faits Historiques dont ils ont été les contemporains qu’on …

(début page 3)

… retrouve un fil assuré dans ses récherches.
  Heureusement dans celles que mes devanciers et moi avons faites sur l’origine de notre Famille dans les Flandres, nous avons trouvé à nous mûnir de beaucoup de ces Extraits de Régistres ou anciens Actes d’Etat Civil. Ces pieçes ne laissent aucun doute sur l’authenticité de notre Filiation et lorsque plus tard, ces documens m’ont manqué, J’ai eu récours aux annotations Particulières, Je les ai rattaché aux Généalogies ecrites de la main de mes Devanciers & surtout à ceux formés en 1704, par mon ayeul Francois Jacques, et plus tard par mon Pere Francois, Louis, Joseph, Bernard de Brauwere, ces pieces sont deposées dans mes archives & Je les cite successivement à l’appui de ce Memoire.
  Les documens auxquels Je donnerai le titre de Légalement authentiques, commencent en 1624 par l’extrait de naissance de Maximilien De Brauwere qui fut Capitaine de Cavallerie & Gouverneur Temporaire de la ville et Port de Nieuport au nom de S. M. F. C. Le Roi d’Espagne & des Indes & quoique J’aie la conviction que généralement toutes les Piéces qui m’ont servi à composer ce memoire sont écrites par mes Prédeçesseurs et fondées sur des documens & des informations exactes & véridiques, J’ai cependant cru, pour l’ordre et la régularité de leur distribution, devoir les diviser dans deux catégories distinctes ; dont la premiere sera descendante & la seconde Ascendente.
Savoir :
1mo Celle descendente, prouvée par les Extraits ou … (suite en page 5).

Maximilien de Brauwere, gouverneur de Nieuport.
Capitaine de cavalerie, 
gouverneur ad interim de Nieuport.




(début page 4)

Actes d’Etat civil légalement Authentiques, délivrés par les Authorités Compétentes d’alors.
2do Celle Ascendente, prouvée par les Généalogies, annotations & Traditions de Famille, que je citerai à l’appui.
  Je commencerai donc comme Je viens de le dire, la ligne descendente par
Maximilien qui etoit le Fils de Josse ou Judoce De Brauwere en son vivant, Hoog-Pointer der opper en nederCasselrie van Oudenarde. Josse étoit né à Oudenarde en 1579, et Epousa dans cette ville le 17 Août 1604, Dame Elisabeth De Bleeckere.
  De ce mariage naquirent dix Enfans, dont Maximilien, Ci dessus fut le Cadet. Toute cette Génération ayant occupée des Places Honorables et quelques uns mêmes de distinguées, J’ai cru Convenable esquiesçer leur Biographie à tous, afin qu’on acquit ainsi la preuve que la Famille De Brauwere n’a pas derogé depuis Eux jusqu’à nous de la position Noble & Honorable qu’elle s’est acquise dans la Société, et qu’elle doit avoir occupée bien plus avant encore dans le moyen Age.
  Afin de faciliter les recherches, J’ai écrit ce mémoire sur deux feuilles en regard l’une de l’autre ; sur celle de gauche, se trouve seulement un court extrait Généalogique des divers Chefs de Générations, ainsi que de Ceux des Membres qui m’ont paru les plus remarquables, et sur celle de droite, …

(suite de la page 3. Début page 5)

… la partie Historique ou Anecdotique que J’ai plus ou moins détaillé suivant l’intérêt que presentoient les Personnages.

*******

(début page 6)
Partie Généalogique


1° L’ainé des Enfans de Josse ou Judoce, fut Jean Olivier de Brauwere, né à Oudenarde (Pamele) le 27 Avril 1605.

2° Jacques de Brauwere né à Oudenarde (Pamele) le 9 Janvier 1607, il fut de son vivant Prieur de l’abbaye de St Corneille & Cipprien, ordre des Prémontrés à Ninove et mourut le 14 Septembre 1672.

*******

(début page 7)
Partie Anecdotique & Historique

1° L’ainé des Enfans de Josse ou Judoce fut Jean, Olivier de Brauwere, né à Oudenarde (Pamele) le 27 Avril 1605. Il fut de son vivant, Proto notaire Apostolique, voyez la Généalogie N° 2.

2° Jacques de Brauwere né à Oudenarde, embrassa l’état Ecclésiastique, et fut de son vivant sous le nom Conventuel de Siardus de Brauwere, Prieur de l’Abbaye de St Corneille& Cipprien ordre des Prémontrés à Ninove ; ayant été avant Curé de Pamele, paroisse qui fut anexée et enclavée plus tard dans la ville d’Oudenarde. ce Prieur mourut dans son Abbaye le 14 Septembre 1672, et fut inhumé sous une pierre Sépulchrale portant l’inscription modeste et Honorable suivante
ob morum modestium et Singularem pietatem valde venerabilis
(traduction) « Il fut très vénérable par la modestie de ses mœurs et sa grande piété».


  Je possède le portrait de ce Prieur peint aux deux tiers, il est dans l’attitude de la prière, le bréviaire à la main, l’Ecusson de ses Armes se trouve au bas du tableau conformement au dessin ci Contre.


Armoiries Coudelier, "Ardenter et intrepide"
Armoiries Coudelier composées des
armes 'de Mystère', 'Diaz' et 'Coudelier' en abîme.
armoiries ecclésiastiques à l'encre (1773)
insérées dans un cartouche.
Devise : "Ardenter et intrepide".
Coudelier, "Ardenter et intrepide"
Armoiries ecclésiastiques Coudelier.
Aquarelle, XVIIIe siècle.
Coudelier. Devise : "Ardenter et intrepide"
Armoiries Coudelier insérées dans un cartouche.
Aquarelle XVIIIe siècle.
Armoiries Herford, Ghyselbrecht, Coudelier, Coppiters, Diaz, de Mystère, de Wavrans, Canin, Van Hype, De Corte, De Cock.
Armoiries de familles apparentées à la famille de Brauwere :
Hereford, Ghyselbrecht, Coudelier, Coppieters, 

Diaz, 'de Mystere', 'de Wavrans'. On y voit également les armoiries Canin, Van Hype, De Corte (représentation incorrecte), De Cock.
Aquarelles sur papier.
 

Armoiries de Brauwere et familles apparentées.
Armoiries civiles et ecclésiastiques de Brauwere, Coudelier, De Wavrans.
Devise des Brauwere : 'Dentatis offero dentem' (civile) ; 'Zelo pro dominum'.
Ces aquarelles font partie du mémoire de Pierre de Brauwere van Steeland achevé vers 1838.
(début page 8)

3° Judoce de Brauwere né à oudenarde (Pamele) le 22 Novembre 1608 fut Curé de St George près Nieuport, Prévot Ecclesiastique près de Furnes et finalement, Abbé mitré de l’Abbaye de St Nicolas, ordre des Prémontrés en cette ville ; il y mourut le 28 Décembre 1688. (portrait chez Philippe).

(début page 9)

3° Judoce de Brauwere né à Oudenarde (Pamele) le 22 novembre 1608, commença sa Carrière Ecclesiastique par devenir Religieux de l’Abbaye de St Nicolas à Furnes, ordre des Prémontrés. Nommé pour deservir la Cure de la Paroisse de St George près de Nieuport, il en fut rappelé plus tard pour être nommé Curé  et Prévot Ecclesiastique (Proôst) de la Commune et Prévôté d’Houthem près de la ville de Furnes.
  Les connoissances et l’érudition de Judoce de Brauwere le firent bientôt distinguer par ses supérieurs, lesquels ayant à traiter des Affaires importantes de leur ordre à la Cour d’Espagne, confièrent à ce Prévot, la mission d’aller les débattre et le nommèrent à cet effet le 14 Novembre 1644, à l’unanimité des Suffrages, leur Envoyé à la Cour de S. M. le Roi d’Espagne et des Indes.
  C’est au retour de cette mission, difficile dont d’après l’expression des annales de l’ordre, il s’acquitté avec la plus grande distinction, que le 7 février 1668, il fut élu, à l’unanimité des Suffrages, Abbé de son Couvent et qu’il fut inauguré dans la dignité Abbatiale le 10 Juin suivant, par Monseigneur Prats, Evêque d’Ypres.
  Sévère observateur des règles de la discipline, il dirigea avec sagesse les affaires de son ordre pendant de longues années et mourut le 28 Décembre 1688, dans un âge très avancé. Il fut inhumé dans le sanctuaire de son Eglise.
Afin de faire juger des Connaissances variées & les qualités éminentes de l’abbé Josse de Brauwere,

(rien en page 10. Début page 11)

ainsi que la manière dont elles furent appreciées par ses contemporains, Je joins à ce mémoire un Extrait Authentique d’un livre intitulé Sacri et Canonici Premonstratensis &c. avec la traduction suivante que j’en ai faite pour l’intelligence du lecteur.
  « Judoce de Brauwere né à Oudenarde en 1608, embrassa en 1627 l’Etat Ecclesiastique dans l’abbaye de Furnes sous la Discipline de St Norbert (Premontrés). »
  « Instruit dans six langues différentes, Eloquent et possedant une grande Majesté religieuse, il donna tant de preuves de Génie, de finesse et de Subtilité d’Esprit, qu’en 1644, il fut trouvé digne d’être élu par le Suffrage unanime de ses frères ; pour aller traiter des Affaires de son ordre près du Roi d’Espagne dont il sut se concilier l’Estime et l’Affection ; ayant réussi dans la mission qui lui etoit Confiée, il retourna vers les siens, où après avoir obtenu un plein succès dans les Affaires graves dont il avoit été chargé, il fut trouvé digne d’être élevé par le Chapitre des Prémontrés, à la digneté Abbatiale et y fut inauguré le 10 juin 1668, par Martin Prats Evêque d’Ypres. Sévère observateur des Règles disciplinaires de son ordre, il mourut dans une heureuse vieillesse le 28 Décembre 1688. »
  Il y a environ une Cinquantaine d’années qu’un Monsieur Vroome Curé de St George, trouva, en bêchant la terre de son Jardin, un cachet en argent portant les Armoiries de nôtre Famille, il en fit cadeau à mon père, François, Louis de Brauwere …

(début page 12)

4° François De Brauwere, né à Oudenarde (Pamele)le 20 Novembre 1610, fut moine dans l’Abbaye de Tronchienne, près de Gand et mourut en 1697.

(début page 13. Suite de la page 11)

… Brauwere, en souvenir de son ayeul. Ce cachet se trouve en ma possession et J’en donne l’empreinte ci en marge.
  A l’époque ou Josse de Brauwere fut Curé & prévot d’Houthem de 1650 à 1660, il fit peindre, pour faire présent à Son Eglise, un grand tableau qu’il plaça au maître Autel ; ce Prévot y est représenté à genoux en adoration, devant la nativité du Seigneur, un Ange est debout derriere lui Soutenant l’écusson de ses Armes.
  Je possède encore le portrait de ce Prélat echappé en 1793, au pillage et plus tard à la suppression de l’abbaye de St Nicolas de Furnes, cet Abbé y est peint en pied, assis dans un fauteuil devant une table, la plume à la main, regardant derriere lui, dans l’action de donner un ordre. Ses Armes ornées de la crosse et de la mitre sont peintes au bas du tableau et portent pour devise
Zelum pro Domino, Comme on les voit au dessin ci en marge.
  Je suis entré dans ces détails, afin de faire connaître un homme distingué qui a fait le plus grand honneur à la famille des De Brauwere.

4° François de Brauwere, né à Oudenarde (Pamele), le 20 Novembre 1610 fut Moine dans l’Abbaye de Tronchiennes près de Gand ; il fut en 1640 Curé d’Astene & en 1646 Curé de Somerghem, lorsqu’en 1692, il retourna dans son Abbaye et y devint …

(début page 14)

5° Philippe de Brauwere naquit à Oudenarde (Pamele) le 14 Juin 1613, il fut en son vivant échevin et trésorier de la ville de Nieuport et y mourut le 24 Novembre 1657.

6° Marie de Brauwere, née à Oudenarde le 15 Juillet 1615, morte en bas âge.

7° Catherine de Brauwere, née à Oudenarde le 17 octobre 1617, fut Béguine à Gand et y mourut le …

8°Charles de Brauwere, né le 31 Octobre 1619, mourut en bas âge.

9° Barbe ou Barbara de Brauwere, née …

(suite au bas des pages 15 et 16)

 … à Oudenarde le 18 février 1622.

(suite de la page 13. Début page 15).

… devint Jubiliaire, il mourut en 1697 à l’âge avancé de 87 ans.
 5° Philippe de Brauwere naquit à Oudenarde (Pamele), le 14 Juin 1613, il fut de son vivant, Bailli de Melden près d’Oudenarde, et plus tard étant allé habiter la ville de Nieuport, il devint Echevin, et Trésorier de cette ville et épousa le 2 mai 1645 Dame Isabelle de Wavrans née à Nieuport le 24 Novembre 1627, elle etoit fille de Martin de Wavrans, bourgmestre de la dite ville, et de Dame Jacqueline Godtschalk.
  Pour les détails à l’égard de la famille des De Wavrans, voyez leur Genealogie N° que Je conserve dans mes archives. C’est de cette famille qu’est issu Monseigneur De Wavrans avant dernier Evâque d’Ypres de 1770 à 1780, qui fut très lié d’amitié avec mon Pere et dont nous conservons les Armoiries écartelées avec celles de notre Famille, conformement au dessin, ci Contre.

(début page 17)

… née à Oudenaarde le 18 Février 1622, épousa le 25 Aout 1653, Jean Babtiste de Crequy, fils de Sire Jacques de Crequy, veuf de Dame Claire de Clerc.
De  ce mariage naquit, Josephine Eugenie de Crequy qui épousa à Gand paroisse de St Michel le 26 Juillet 1686, Henri Denis de Smacker, Ecuyer, Bailli de Bouchauthem, dont la fille Anne Marie de Smacker, née à Gand le 8 Avril 1692, y mourut le 2 Avril 1735.
Barbe de Brauwere ayant probablement suivi son mari en France, les notes Gnénéalogiques de la famille n’indiquent ni où elle vécut ni où elle est morte, il est cependant probable que c’est à Paris, par la Circonstance que la famille des Sires de Crequy habitoit cette Capitale, et qu’Anne Herefort, nièce de Dame Barbe de Brauwere, dont il sera parlé ci après, se retira et mourut à Paris en … dans la Communauté des Dames Nobles de Ste Agnès.
La circonstance que d’après notre Généalogie, Jean Babtiste de Crequy etoit fils de Sire Jacques de Crequy, me fait croire que Barbe de Brauwere a été alliée à la famille des Sires de Crequy de France, et en effet lorsque l’on considère les relations que les familles flamandes et françaises pouvoient avoir pendant les occupations frequentes  que subit la Belgique de la part des Français, dans les differentes guerres d’alors, cette probabilité devient pour ainsi dire une certitude.
En consultant l’histoire, on voit encore les Flandres envahies par les troupes Françaises en 1658, à la suite de la Célèbre bataille des Dunes …

(début page 18)

10° Maximilien de Brauwere, né à Oudenarde le 16 Avril 1624, fut de Son vivant Capitaine de Cavallerie et lieutenant Gouverneur temporaire de la ville de Nieuport pour S. M. Le Roi d’Espagne et des Indes ; il mourut en cette ville, le 29 Decembre 1703.

(début page 19. Suite de la page 17)

… Dunes près de Dunkerque. C’est dans cette bataille que le Maréchal de Turenne, Commandant les troupes Françaises, opposa le Marquis de Crequy au Prince de Condé, qui Commandoit l’aile gauche des Espagnols sous Don Juan D’Autriche ; ce dernier fut battu et l’Armée Française prit de nouveau possession des Flandres.
Maximilien de Brauwere, Cadet des enfans de Josse ou Judoce de Brauwere et de Dame Elisabeth de Bleeckere, est né à Oudenarde le 16 Avril 1624. Il fut de son vivant Capitaine de Cavallerie au Service de S. M. le Roi d’Espagne & des Indes, et Lieutenant Gouverneur temporaire de la ville de Nieuport.
Il épousa en premiere noces à Gand dans l’Abbaye d’Oost Eecloo, le 25 Aout 1646, Dame Anne Marie Canyn, fille de Vincent Canyn, seigneur de Schoorhove, &a,  échevin de Nieuport, et de Dame Françoise Censen, dont il eut une fille Anne Marie de Brauwere, née à Nieuport le 5 octobre 1648, dont il sera parlé plus bas.
Je donne ci contre les Armes de la famille Noble des Conyn tels qu’elles sont décrites dans la Généalogie. Il épousa à Nieuport en secondes noces, le 5 Août 1651, Anne Ghyselbrecht, originaire de Cassel et née à Furnes le 4 Novembre 1680, fille de Guislain Ghyselbrecht, Bourgmester de Nieuport et de Dame Marie de Haesejaegher, décédée à Nieuport le 8 février 1712, dont il eut sept enfans. Ci Contre les Armes de la famille des Ghyselbrecht, extraites de la Genealogie de cette famille.
Maximilien de Brauwere mourut à Nieuport le 26 Decembre 1703, et fut inhumé dans l’Eglise Paroissiale…

(rien à la page 20. Début de la page 21)

… de cette ville ; sous une pierre Sepulchrale en marbre qui s’y trouve encore exposée. Sur cette pierre sont taillés ses noms, qualités, &a le tout surmonté de l’écusson de ses Armes tel qu’on les voit sur les extraits authentiques que J’en fis faire et qui se trouvent dans mes Archives sous les Nos … Ce Maximilien étant la souche noble dont est issu toute la famille des de Brauwere de Nieuport, Je donne ci après un détail sur tous les enfans qu’il a laissé de ses deux lits.
Je possède un portrait peint en 1699 de Maximilien de Brauwere, ou ce Gouverneur est représenté, debout, armé de toutes pièces, appuyé sur son bâton de Commandement, à la gauche du tableau est écrit au pinceau : « AETATIS SUAE 75 A°1699 », et à la droite se trouvent ses Armoiries coloriées, avec tous les attributs de la Noblesse, portant pour devise Dentatis offero Dentem conformement au dessin que je donne ici en marge. Maximilien, d’après les traditions de famille fut un Militaire brave et loyal, franc & ouvert de Caractere dans sa vie privée. Il etoit de haute taille et doué d’une grande force Corporelle, ce qui se Confirme par la vue de son portrait où il est peint à l’âge de 75 ans, Cuirassé et armé de toutes pieces. Il mourut âgé de 79 ans, laissant les enfans suivants, savoir :
         Du premier Lit :
Anne Françoise de Brauwere née à Nieuport le 5 octobre 1648, qui mourut le 15 Decembre 1699. Elle épousa dans la dite ville le 29 Juin 1667, François Hereford, Equyer, dont naquirent :
1° Charles Hereford, Seigneur de Opvoorst en Gueldre, dont les Armoiries ci en marge, lequel …

(page 22 : rien. Début page 23)

… épousa Dame Huigens
2° Françoise Hereford qui épousa Marcelin Fervacques et en seconde noce Jean Ayliffe (ou Ailisse ?) Capitaine du régiment d’Infanterie Hamilton.
3° Anne hereford qui épousa le chevalier Amand de Courten, Major au Regiment Suisse du Comte de Courten au Service de S. M. F. Catholique. Après la mort de son Mari, Elle se retira à Paris et y mourut dans la Communauté des Dames Nobles de St Agnès.
La famille des De Courten resta au Service d’Espagne et c’est un des descendans, le brigadier Général Comte Courten qui commendoit une division de 2400 hommes d’infanterie embarquée à bord de la flotte Espagnole Commandée par l’Amiral Gravina qui, sous les ordres de l’Amiral Français Bruis, fut battue devant Trafalgar le … par l’Amiral Nelson.
4° Josse Hereford qui habita Dunkerque et y épousa Dame Judoce Gomme.
Du Second Lit :
1° Maximilien Vincent De Brauwere, né à Nieuport le 25 Avril 1652. Il fut en son vivant moine de l’Abbaye St-Nicolas à Furnes, Prieur de la Priorée de Dixmude et chanoine de l’Eglise Collégiale de St-Walburge au dit Furnes, où il mourut le 10 Mai 1702.
2° Jeanne Françoise de Brauwere née à Nieuport le 9 Janvier 1655, décédé mineure le 12 Mars de la même année.
3° Marianne de Brauwere née à Nieuport le 13 Decembre 1656. Elle épousa Pierre Verbrugghen Capitaine au Regiment Allemand du Baron de Jonghen. Il passa Major au dit Regiment et mourut à Mons en Hainaut. Marianne …

(début page 24)

François Ignace de Brauwere fils de Maximilien, naquit à Nieuport le 2 Avril 1658. Il fut d’abord Lieutenant de Cavallerie dans la Compagnie de son Père, quitta le Service, fit ses études en droit et devint Bourguemaître de la ville de Nieuport, où il mourut le 16 Août 1728.

(suite de la page 23. Début page 25)

… Marianne mourut à Nieuport le 15 juin 1686.
4°François Ignace de Brauwere naquit à Nieuport le 2 Avril 1658, il commença sa carrière dans l’état Militaire et devint Lieutenant de Cavallerie dans la Compagnie de son Père. Maximilien, lorsque sur les instances de son Oncle l’Abbé Josse de Brauwere, il quitta le service pour se vouer au barreau. A cet effet il fit ses études en droit à l’université de Louvain d’où après avoir passé ses licences le 30 Avril 1682, il fut nommé J.U.L. & Avocat du Conseil de Flandre, retourna à Nieuport & y prit Acte de Bourgeoisie le 2 Juin 1688. Voyez l’ancien Registre de Bourgeoisie fol. 90, verso, commencant par ces mots :
« D Heer Francois de Brauwere filius Joncker Maximilien &c &ca ». (Il) devint Juge Assesseur de l’Amirauté, Echevin & finalement Bourgemaître de la dite ville. Voyez la Généalogie et l’inscription taillée sur sa pierre Sépulchrale gissante dans l’Eglise Paroissiale de Nieuport et ses Armoiries en marge (il mourut le 17 Aout 1728).
François Ignace épousa à Dixmude le 8 Mars 1703 Dame Petronille Françoise de Ruysscher, née à Dixmude le 22 Novembre 1684 et décédée à Bruges le 5 Mars 1733. Elle etoit fille de Francois de Ruysscher & Dame Petronille Bril.
De ce mariage naquirent trois enfants.
Savoir :
Francois Jacques
Michel Jodoce et
Anne Therese, dont nous ferons mention ci après
5° Justine Francoise de Brauwere née …

(début page 26)

Francois Jacques de Brauwere fils de Francois Ignace, né à Nieuport le 30 Juillet 1705, fut successivement Echevin, Premier Juge de l’Amirauté de S. M. I. & R. et finalement Premier Conseiller Pensionnaire de la ville & port de Nieuport, où il mourut le 16 Octobre 1781.

(suite de la page 25. Début page 27)

… née à Nieuport le 15 Novembre 1664. Elle y mourut Jeune fille le 9 janvier 1718.
6°Norbert Josse de Brauwere, né à Nieuport le 22 Decembre 1671, mourut en bas âge en 1673.
7° Marie Thérèse Catherine de Brauwere, née à Nieuport le 30 Janvier 1672, épousa en la dite Ville, le 26 Mars 1627, Corneille Clayeman qui etoit Echevin de la ville et Directeur de la table des pauvres, réputé dans la généalogie pour un Administrateur très Zélé, il mourut dans la dite ville le 18 Novembre 1736 et Marie Thérèse son épouse le 8 Septembre 1741, ne laissant pas de postérité. Voyez sa pierre Sepulchrale gissante dans le Chœur de la Vierge dans l’Eglise Paroissiale de la dite ville, où il est dit : Maria Therese de Brauwere Fa Jonckr Maximiliaen geprocreert &ca.
Nous venons de voir que des sept enfans issus du second lit de Maximilien de Brauwere, il n’y a que Francois Ignace qui soit resté avec une postérité de trois enfans qui furent :
1° François Jacques de Brauwere, mon grand Pere dont ci à côté les armes naquit à Nieuport le 30 Juillet 1705. Il commenca de bonne heure ses études en droit à l’Université de Louvain, fit ses licences avec la plus grande distinction le 21 Juin 1746 & passa Avocat au Conseil de Flandre. De retour dans sa ville natale, il devint échevin de la ville, en suite Premier Juge de l’Amirauté de S. M. I. & R. & finalement premier Conseiller Pensionnaire de la dite ville où…

(page 28 : rien. Début page 29)

… où il mourut Jubilaire le 16 Octobre 1781 à l’âge de 76 ans.
  Il épousa en première noce ; le 17 Septembre 1727 Dame Isabelle, Claire, Antoinette Coudelier née à Nieuport le 15 Mai 1709, fille de Jean Vincent Coudelier, en son vivant Echevin, de la dite ville, fils de Vincent Coudelier Conseiller de la ville de Dunkerque et qui fut après premier Echevin, de la ville de Nieuport.
  Le dit Jean Vincent Coudelier dont ci joint les armoiries eut sa fille Isabelle Claire Antoinette Coudelier ci dessus, de Dame Catherine Laurence Diaz avec laquelle il s’etoit marié à Ostende le … et qui etoit fille de Don Gonzalo Diaz, Capitaine au Regiment du Comte de Copigni au Service de S.M. Le Roi D’Espagne et des Indes, tué sur les remparts de St-Omer pendant le siège de cette ville en 1677, et de Dame Catherine Laurence De Mystere, fille du Bourguemaître Jean De Mystere et de Dame Anne Moens. Voyez les armes des De Mystere ci contre.
  Le dit Don Gonzalo Diaz etoit fils du Capitaine Don Michaël Diaz et de Dame Catherine Gertrudis Garcias de la Vega et le dit Don Michaël, fils de Don Juan Diego Diaz et de Dame Di Gaca y Abarca.
  Finalement, la dite Isabelle Antoinette Coudelier mourut à Nieuport le 31 Janvier 1741, laissant de son mariage avec mon grand Pere Francois Ignace de Brauwere, trois enfans vivants, savoir :
1° Francois Louis Joseph Bernard de …

(page 30 : rien. Début page 31)

… de Brauwere mon Père,
2° Jacques de Brauwere (alias Paul de Brauwere)
3° Pierre Jacques Antoine de Brauwere
dont nous parlerons ci après :
  Entretemps, Je rapporterai ici la circonstance, que ma Grand Mère, dame Isabelle, Claire, Antoinette Coudelier, etoit sœur germaine de Dom Pierre, alias Carolus Coudelier, né à Nieuport, le 5 Avril 1711, lequel fut le 53e Abbé mitré de l’Abbaye de St-Pierre et Paul à Oudenburgh, curé primitif de l’Eglise de St Pierre en la dite ville, Seigneur au temporel, de Roostock, Engelenburg, &ca, &ca, Député primaire aux Etats de Flandre, Jubilaire de profession et de Prêtrise, il mourut dans son Abbayele 17 Juin 1788.
  Dom Pierre Coudelier, homme instruit et stricte observateur des institutions de son ordre, rétablit la Discipline Ecclésiastique qui s’etoit beaucoup relachée dans son Abbaye, il y appela à cet effet, des professeurs distingués de l’université de Louvain pour enseigner la Théologie et les lois Canoniques ; il régénéra ainsi l’instruction parmi ses moines dont par ses exemples et la fermeté de son caractère, il sut se faire aimer et respecter.
  Ayant ainsi remis l’ordre dans les finançes, il sut par ses économies reparer à neuf l’Eglise de son Couvent, & bâtir un superbe quartier neuf qu’il orna d’une très belle façade. Voyez les annales de Flandre.
  Je possède le portrait en pied de cet Abbé, il est peint assis dans sa Bibliothèque devant une table sur laquelle se trouve un livre ouvert, representant le dessin du nouveau quartier qu’il avoit fait construire et qu’il indique du doigt, au …

(page 32 : rien. Début page 33)

… au bas sont peints ses Armoiries Nobles, ornées de la Crosse et de la mitre, écartelées avec celles de la famille De mystere & des Diaz conformes au dessin ci contre.
  Il sera interessant de faire ici mention d’une tradition très ancienne qui existoit dans la famille des Diaz. Elle pretendoit desçendre et ainsi d’avoir été alliée par le sang à l’Illustre famille du Grand Cid, dont on sait que le nom propre fut Ecüi Diaz. Il paroit que ses Armes portoient aussi sept têtes de maures commeon les voit sur le dessin des armoiries de la famille des Diaz au folio 29. Elle assuroit, que dans le 11me siècle Ferdinand I Roi de Castille & de Leon, voulant recompenser la bravoure Heroïque du Cid & perpetuer le souvenir des victoires Glorieuses qu’il avoit remportées sur sept Rois ou Chefs Maures, lui avoit concédé la faveur de porter sept têtes de Maures dans l’Ecu de ses Armes.
  Quoiqu’il en soit de cette tradition, toujours est-il, que la Famille Noble des Diaz etoit originaire de la Castille, province qu’avoit encore habité le Cid ; qu’elle avoit avec ce Grand Personnage, une similitude de Nom & d’Armes, & que ces circonstances donnent à ses pretentions un caractère de verité qu’il serait difficile de lui contester. Au demeurant,par ce que je viens de rapporter, il est prouvé clairement, que la famille des Diaz est d’une famille de haute extraction à laquelle à laquelle (et que) nous ne pouvons que nous glorifier (de lui) d’appartenir par les liens du sang.
  Reprenant le fil de notre généalogie interompu par cette digression intéressante, J’observerai …

(page 34 : rien. Début page 35)

… J’observerai que notre Grand Père Francois Jacques de Brauwere épousa en seconde nôce à Nieuport le 5 Mars 1742, Dame Anne Francoise Judoce Verbrugghen née à Nieuport le …, fille de Pierre Francois & de Dame Jeanne Claire van Acker, le dit Pierre Francois, étoit fils de Pierre Verbrugghen Capitaine d’Infanterie au Regiment du Baron de Jonghen au service de S. M. F. C. mort Major à Mons en Hainaut et d’Adriane Verstegen, lequel avoit epousé en secondes noces, Dame Marie Anne de Brauwere fille de Maximilien et de Dame Ghyselbrecht.
  Dame Francoise Judoce Verbrugghen étoit, avant son mariage avec mon Grand Père, veuve de Pierre Jean Vroome, fils de Pierre et de Dame Francoise Galant dont sont issu trois enfants. Voyez la généalogie et l’état de leurs biens formé après la mort de mon Grand Père.
De ce second mariage resterent trois enfants savoir :
1° Anne Sophie Eugenie de Brauwere, décédée Jeune fille Ibidem à Nieuport le 25 Janvier 1777, sans postérité.
2° Constance Anne, décédée jeune fille. Ibidem le 18 Août 1783. Sans postérité.
3° Jeanne Caroline décédée jeune fille. Ibidem le 18 Septembre 1802. Idem.
Il me reste pour terminer l’article qui conçerne mon Grand Pere, à esquiser en peu de lignes le portrait de cet honorable Citoyen.
Francois Jacques de Brauwere avoit fait d’exellentes Etudes et avoit passé avocat à Louvain le 21 Juin 1746. Quoique d’un abord réservé et sévère, il etoit cependant d’un caractère …

(page 36 : rien. Début page 37)

… Caractère doux, et d’un Commerce agréable pour sa famille & ses amis, sérieux dans ses consultations son cabinet &  constamment appliqué au travail de son bureau, il étoit dans ses loisirs un exellent père, mais ne pouvoit consacrer à sa femme & ses enfans que trois heures par jour pendant lesquels il n’etoit visible pour personne d’autre, le reste du jour il s’occupoit assidument comme Magistrat ou comme Avocat, des devoirs de sa charge ; il se tenoit de préférence dans une vaste Bibliotheque qui lui même avoit crée et qui étoit rénommée par le nombre & le choix des ouvrages de Jurisprudence dont plusieurs étoient enrichies de commentaires & annotations savantes écrites de sa main, ses études approfondies en Jurisprudence, lui avoient valu la réputation de l’un des meilleurs Jurisconsultes des Flandres ; aussi se passoit il peu de Jours sans qu’on vint le consulter des villes voisines, de Gand, Bruges, Ostende, furnes, &ca ou son nom fesoit authorité mais quelqu’importante que fut l’affaire qu’il traitoit, ou sur laquelle on le consultoit verbalement ou par écrit, jamais il n’auroit demandé ou accepté au-delà du salaire minime fixé par le reglement, ce trait de désinteressement fait d’autant plus d’honneur au caractère de cet homme loyal, qu’il ne jouïssoit que d’une fortune médiocre et qu’il etoit Pere de huit enfans, tant de desinteressement et d’intégrité ne pouvoit manquer de venir au jour et d’augmenter l’estime et la Considération que chacun portoit à ce Magistrat, aussi à plusieurs reprises des offres de déplacement avantageux lui furent faites simultanément par les Etats de Flandre et par le Magistrat de la ville d’Ostende qui lui envoya en 1771 & 1773 deux députations …

(début page 38)

1° Francois Louis Joseph Bernard De Brauwere, fils de Francois Jacques, né à Nieuport le 14 Mars 1733, fut successivement Echevin, Bourguemaître, premier Juge de l'Amirauté de S. M. I. & finalement premier Conseiller Pensionnaire de la ville & Port de Nieuport &ca, où il mourut le 17 octobre 1811.

(suite de la page 37. Début page 39)

… députations expresses pour l’engager à accepter la charge de Premier Conseiller Pensionnaire et Greffier de leur ville, promettant de lui donner gratis une belle habitation pour lui et sa nombreuse famille. La Guerre d’Amérique qui suivit de près cette époque fit refluer un immense commerce vers le port d’Ostende et la place qu’on lui avoit presenté, lui eut valu un brévet de fortune ; mais le Magistrat désinteressé et l’homme attaché intimement à ses Concitoyens et à sa ville natale, refusa opiniatrement tous ces avantages.
Voilà quelques beaux traits du caractère de mon Grand Père, Caractère que Je n’ai fait qu’esquiser mais qui pourra toujours servir d’exemple à sa famille, comme à tout Magistrat & citoyen ami de son pays.
Francois Jacques comme Je l’ai dit ci avant eut pour frère Michel Judoce de Brauwere né à Nieuport le … lequel vécut comme particulier et mourut sans posterité, il eut pour sœur Anne Thérèse de Brauwere née en 1710 et qui mourut jeune fille à Nieuport.
Nous avons vu au folio 29 que les trois enfans issu du premier mariage (lit) de Francois Jacques avec Dame Isabelle Claire Coudelier, etoient :
1° Francois, Louis, Joseph, Bernard De Brauwere (mon Père), né à Nieuport le 14 Mars 1733. Il fit de bonne heure d’exellente études latines mais ne passa ses Licences en droit à Rheims en Champagne que le 12 Octobre 1791 (erreur probable). A son retour des études, le 17 Août 1756, il fut d’abord nommé Echevin, et  le 6 Mai 1772 Bourguemaître de la ville et Port de Nieuport, premier Juge de l’Amirauté de S. M. I. & R. & le 19 juillet 1792 suivant, …

(page 40 : rien. Début page 41)

… suivant (après la mort de Monsieur Ghislain Coppieters), Premier Conseiller Pensionnaire & Greffier.
Mon Père remplit encore pendant de longues années les fonctions de Directeur de la Poste aux lettres, mais ayant resilié cet Emploi en faveur de mon frère Francois Ignace son fils aîné, son Altesse Sérenisime Le Prince de La Tour & Tassis Directeur General des Postes de L’Empire, le nomma Conseiller par lettres ¨Patentes du 29 Mai 1793, qui se trouvent dans mes Archives sous N° …
Après la mort de L’Illustre Marie Therese & l’avénement de son fils Joseph II, Francois L : J : B : de Brauwere fut nommé par ce Souverain, à la place distinguée de Commissaire de L’Intendence de Bruges pour le District & le Departement de Nieuport, Emploi qui fut supprimée après la mort inopinée de ce Monarque.
Député de la ville de Nieuport près des Etats de Flandre siégeants alors à Gand & devant se rendre souvent à Bruxelles pour y plaider les intérêts de sa ville natale ainsi que la cause de la Pêche Nationale dont il avoit été Elu Commissaire, mon Père eut occasion de se faire connaître avantageusement à la Cour, où il avoit l’honneur d’être admis souvent avec distinction par leurs A. R. & I . ses souverains, il sut se lier avec les Personnages les plus influents sur le sort de ses missions d’alors, et c’est ainsi, qu’ensemble avec les Députés d’Ostende, Messieurs Ricourt & Wieland ; il reussit à obtenir des privilèges marquans pour la Pêche Nationale & surtout celui qu’il poursuivit avec le plus d’ardeur ; La prohibition absolue d’Importation du poisson des pêches Hollandaises.
A diverses autres époques il obtint successivement du …

(page 42 : rien. Début page 43)

… du Gouvernement d’alors, la réparation de la jettée d’ouest & la Construction d’une nouvelle & grande jettée de mer à l’Est de l’entrée du Port de Nieuport ; le prolongement des quais devant la ville, la Construction d’une nouvelle Chaussée de Nieuport vers la Commune de St george & Spermaille qui mit la ville natale en Communication directe avec la grande route de Furnes & d’Ostende vers Bruges, & enfin la petite chaussée conduisant vers Lombarzyde, Westende & Ostende.
Dans un espèçe d’interrégne qui eut lieu pendant la Revolution Patriotique Brabançonne de 1788 & 1789, mon Père attaché fidélement à la cause du Gouvernement Autrichien & de ses Souverains, se retira momentanément des affaires publiques, il les réprit plus tard à la solicitation expresse du Magistrat de la ville, en qualité de Premier Echevin jusqu’après la Révolution, alorsqu’en 1790 il fut réinstallé dans ses ançiennes fonctions.
Mon Père étoit doué d’éloquence naturelle d’une parole éloquente et persuasive, écrivait avec beaucoup de facilité les langues Latine, Flamande & Francaise ; il redigea plusieurs mémoires rémarquables sur le Commerce & la Pêche des Pays-Bas, notemment  celui qu’il fit en 1787 celui du 19 Juin 1787, pour les armateurs de la Pêche Nationale qui contenoit un préçis Historique et les annales sur l’origine, le progrès, la célébrité, la décadence, les visçissitudes & l’importance des Pêches Flamandes, nommément de celle de la ville & Port de Nieuport. Ce mémoire fut presenté par lui aux Etats de Flandre et portoit la date du 19 Juin 1787.
Il en écrivit encore le 24 Decembre 1790 un autre mémoire Historique fort intéressant, sur la situation, l’importance &ca de la ville de Nieuport & ses environs. Ce Memoire porte des Notes Historiques …

(page 44 : rien. Début page 45)

… Historiques & critiques très érudits sur l’ancienne origine de sa ville natale. Monsr Lesbroussart dans ses Notes additionelles à la Chronique de Flandre d’Oudegherst, en parle avec de grands éloges, voyez l’édition de cette Chronique à la fin du tome II réimprimé à Gand chez P : F : de Goesin, 1789.
Il fit aussi une Compilation des Coutumes & privilèges de Nieuport qui fut imprimée à Gand chez P : de Goesin en 1774, avec annotations.
Parmi plusieurs autres mémoires Francois qu’il écrivit fit paraîtresur le Commerce et la Pêche & l’Histoire Générale du Pays, Je citerai entr’autres encore un très curieux contenant la Statistique de la ville ainsi que l’Historique & la Statistiques des 19 Communes qui formaient le Canton de Nieuport et qui y avoient été annexées par un arrêté des Consuls de la république Française du 9 Brumaire an 10 (1802).
C’est encore vers cette époque au 10 Floreal an 10 (1803) qu’il rédigea un Memoire fort interressant sur la Jonction des Rivières la Lys près Commines avec L’Yzer près d’Ypres. Cet écrit portoit pour titre Port de Mer direct d’Ypres, Lille & Courtray &ca par le Port de Nieuport.
Mon Père fut Deputé pour aller lui même le présenter lui même au nom du Magistrat et du Conseil Municipal, à Buonaparte alors Premier Consul qui se trouvoit alors en tournée à Lille ; ce projet appuyé par les Députés des villes ci dessus, fixa l’attention du Gouvernement ; des arpentages & nivellements de terrain eurent lieu & point de doute où ce projet il eut reçu son exécution si la Belgique fut restée réunie à la Françe.
Un évênement de cette nature eut fait époque pour …

(page 46 : rien. début page 47)

… pour la prospérité de la ville natale de Nieuport, et eut mérité à son auteur la reconnaissançe éternelle de ses Concitoyens.
Mon Père, ardent amateur d’archéologie, faisoit le plus grand cas des ançiennes Archives de la Ville ; il les avoit trillé, rangé et classé avec ordre dans une grande salle de l’Hôtel de Ville où une grande partie se trouvent encore dans ce moment.
Un ouvrage du Professeur Warnkoenig : « Flandrische Staats und Rechtsgeschichte » fait un éloge flatteur de l’ordre dans lequel il avoit trouvé ces Archives, qu’il dit avoir été rangées & classées ainsi par les soins & sous l’administration de mon Père.
C’est vers l’époque de 1786 à 1787 que Francois Louis Joseph Bernard de Brauwere, mû sans doute par ce sentiment d’Honneur et de Digneté qui porte tout homme bien né à Constater l’origine Honorable dont il est issu, et se trouvant d’ailleurs investi investi de la confiance de ses Souverains, occupant de nombreux emplois & charges distinguées, considérant en outre l’influence que pouvoit avoir aussi une nouvelle reconnaissance de Noblesse pour sa Famille, se détermine à réclamer un rélêvée de Noblesse en forme.
En effet, depuis Maximilien & ses frères, ainsi depuis plus de deux siècles, il est constaté, par les pièçes qui préçèdent, que notre Famille a été considérée et reconnue publiquement comme Noble, l’on voit qu’elle porta constamment et sans interruption, des Armoiries Nobles dans ses Actes, cachets, tapis, portraits de Famille & sur les pierres sépulchrales, sous lesquells reposent ses ancêtres, inhumés sans l’Eglise Paroissiale de Nieuport.
Mon Père (d’après ses papiers) paroit avoir fait beaucoup de récherches pour découvrir les Patentes Royales & Impériales qui dans le temps ont donné lieu aux ports d’Armoiries Nobles & …

(page 48 : rien. Début page 49)

… & à la reconnoissançe publique de ses ancêtres dans la Hierarchie Nobiliaire ; mais soit qu’elles ont été égarées dans les moments de troubles et les guerres dont les Flandres étoient si souvent le theatre, soit qu’elles ayent été perdues dans l’une ou l’autre branche de notre Famille, il ne les a pas rétrouvé.
Or, c’est pour remplir cette lacune & pour reparer cette perte par un acte officiel & Public, qui put remettre de nouveau notre branche de Famille dans la possession de ses anciens droits & prérogatives, que se conformant au dispositif des Etats Heraldiques des 14 Decembre 1616 & des 11 Decembre 1754, il fit en 1786 dépôt de ses Armoiries à la Chambre Heraldique de S. M. L’Empereur & Roi à Bruxelles, il y joignit les divers Documens exigés par ces Edits, demandant l’enrégistrement aux Archives de la dite chambre, avec expédition d’un Acte ou Récepissé en rêgle.
Ce fut sur le vû et l’examen des ces piêces, que le 26 Avril 1787, il lui fut délivré un Diplôme ou Acte de reconnoissance en regle dépêché & signé par le 1er Roi d’Armes de la chambre Heraldique de S. M. ainsi que par le Roi d’Armes representant la province de Flandre habité par mon Père Lui.
Par ce document authentique que Je conserve dans mes Archives sous le N° … mon Pere se trouve de nouveau comme l’exprime l’acte : « en droit de se qualifier du Titre Noble d’Ecuÿers, de s’inscrire et se faire inscrire comme tel dans tous ses Actes tant publics que privées, d’user des Armoiries timbrée de sa Famille qui sont &ca &ca … et de jouïr paisiblement de tous les privilèges, droits & préeminences dont jouïssent les Gens nobles aux Pays bas. »
Voyez …

(page 50 : rien. Début page 51)

… voyez cy contre le dessin des Armes comme elles se trouvent peintes en tête de l’acte.
Il convient de faire remarquer ici que l’Armoirie peinte en tête & décrite dans l’acte du rélévé portent Argent dans l’Ecu, aux hachemens de même, tandis que dans ceux de Maximilien de Brauwere ses frêres et ses descendants les lambrequins ou hachemens sont or, ces changements étant fait par la Chambre Héraldique de S. M. L’Empereur et Roi, sans cependant avoir rappelé quels motifs … … … … … …  confirmé … … la dite Ascendance. (ce qui est donné en pointillés est difficilement déchiffrable).
En 1791, mon Père fut  deputé par la ville de Nieuport pour assister comme Bourguemaître à l’inauguration solennelle de S.M. L’Empereur Leopold II, célébré à Gand le 6 Juillet 1791. Voyez la rélation officiêlle de cette cérémonie imprimée par ordre des Etats à Gand, chez Adrien Collier imprimeur des Etats de Flandre 1792. Fol. 31 & 40, où mon Père figure avec son titre noble de Schidkaepe.
Je ferai encore remarquer, qu’à cette inauguration, assistoit aussi son frere Jacques sous le nom conventuêl de Paul de Brauwere, en sa qualité d’Abbé mitré de l’Abbaye d’Oudenburgh. Voyez la dite relation officielle au fol. 28 & 37.
Ayant fait connaître ainsi les titres qu’avoit acquis mon Père à l’Estime & la confiance de ses concitoyens, il sera juste d’ajouter qu’il fut toujours pour sa famille L’Ami le plus sincère comme son plus ferme appui, bon …

(page 52, rien. Début page 53)

… bon Epoux, exellent Père, il avoit les plus tendres soins pour ses enfans ; de bonne heure il soigna leur éducation & leur instruction et si les malheurs de la Revolution Française n’etoient venu renverser ses projets & sapper à la fois les fondemens de sa fonction & de ses esperances, c’est indubitablement sous ses auspiçes, que sa famille se seroit élevée à cette hauteur, ou ses vertus, ses bons exemples ainsi que les sentiments d’honneur et de Religion, qu’il avoit sçu lui inspirer, auraient eu droit de la plaçer.
On aura  … plaisir par ce detail que Francois L. J. B. fut toujours instruit par … sucçéder aux emplois qu’avoit exercé avec tant de distinction … honorable … son estimable Père. (la phrase donnée ci-dessus est difficilement déchiffrable).
Je terminerai ce recit par la rélation d’une épisode qui achevera de faire connaître le caractère ferme et le sang froid et la caractère du digne Magistrat dont je viens de faire le Portrait.
C’est à l’époque du siège et des deux bombardements qu’essuya la ville de Nieuport en 1793 alors que les Français se rendirent maître de la Belgique. leur première attaque eut lieu vers le milieu d’octobre 1793. Arrivés devant la place ils dresserent leurs Batteries & dès le lendemain sommerent la ville de se rendre. Sur le refus du commandant Militaire, ils ouvrirent un feu très vif qui en moins de quelques heures incendia trois maisons et endommagea plusieurs autres. Les habitants voyant la Garnison peu nombreuse, sans munitions et prise à dépourvu, se prirent de peur et quitterent en desordre une ville qui etoit privée des moyens necessaires de defence ; mais …

(page 54 : rien. Début page 55)

… mais mon Père, alors 1er Conseiller Pensionnaire, resté seul avec un Echevin se transportoit partout ou se montroit le danger, et accompagne seulement de quelques citoyens zélés, il parvint à se rendre maître du feu qui avoit pris à une genièvrerie située dans le voisinage d’un magasin à poudre et cela malgré le feu constant que les Français dirigeaient sur ce point. Quant aux trois autres maisons, dont l’une lui appartenoit en proprieté, elles furent entièrement détruites par les flammes faute de bras pour aider à les éteindre. L’arrivée d’un régiment Ecossois, le feu bien nourri d’une pièce de campagne que des jeunes pêcheurs avoient fait jouer sur le flanc des Français, de l’autre côté du port, ainsi que le lancement des Eaux de Mer par les écluses, chassèrent momentanément les ennemis qui revinrent cependant à la charge quelques mois plus tard. Le 19 Juillet de l’année suivante (1794), une division française sous le general Moreau investit regulierement arriva devant la place, qui cette fois etoit bien approvisionnée tant en munitions de Guerre que de bouche mais Moreau ayant fait l’investissement apprit que le Regiment Royal Emigrant se trouvait dans la ville et comme il lui repugnoit de faire une boucherie Revolutionnaire, il continua avec le gros de l’Armée vers Bruges & Gand, abandonnant le siège de Nieuport au General van Damme lequel contrairement aux lois Militaires, envoya tout d’abord une sommation, non au Géneral Commandant de la Place, mais aux Magistrats. Cette sommation portoit textuellement : « Que si la ville ne se rendoit dans le delai de 24 heures, il y entreroit sur les ruines de leurs maisons et les membres palpitants de leurs cadavres. » C’est à cette …

(page 56 : rien. Début page 57)

… cette menaçe aussi sanguinaire qu’irréguliere, que mon Père au nom de tous les Membres du Magistrat que cette fois etoient restés à leur poste, fit la belle réponse qu’on a lu dans tous les journaux d’alors et qu’il termina en déclarant « que les Magistrats comme Chefs civils de la ville feroienr leur devoir, mais que quant à la defense il renvoyoit le Général Français au Général Diepenbroek Commandant Militaire qui avoit mis la place  en état de Siege. »
Sur ce refus de reddition, les Français démasquerent plusieurs batteries & commençerent un feu terrible qui dura à peu près 12 Jours & autant de nuits, ils auroient reduit la ville en cendres si le General Diepenbroek instruit que presque toute la Belgique etoit au pouvoir des français, n’eut capitulé le 18 Juillet et rendu la ville le lendemain.
Le Géneral van Damme à son entrée exerça la conduite la plus cruêlle envers les malheureux émigrés français, dont plus de deux cent furent pris et inhumainement fusiliés sous les murs de la ville, sans aucune forme de proçès. De leur coté tous les membres du Magistrat, furent menacés d’etre passés par les armes sur la place et provisoirement tenus aux arrêts forcés dans les caves (de) l’Hotel de Ville où ils resterent plusieurs jours & nuits sans pouvoir communiquer avec leurs familles.
C’est dans ce dernier bombardement que mon Pere joignant encore le sang froid d’un Militaire, à la sollicitude d’un bon Magistrat, s’exposoit tous les jours à être la victime de son zêle en portant des secours partout où le feu exercoit des ravages, et où …

(page 58 : rien. Début page 59)


… où la vie de ses concitoyens couroient des dangers, mais cette fois toutes les pompes et ustenciles contre incendie avoient été reparées et des hommes forts y habillés nommés pour les servir ; aussi dès qu’un incendie se declaroit, il se transportoit sur les lieux à travers une grêle de bombes et de boulets, donnoit des ordres, encouragoit les travailleurs et dirigeoit de sa personne les manœuvres. C’est ainsi qu’il parvint à préserver de la ruine une grande partie de sa ville natale et merita par son devouement les éloges que les siens qu’on lui prodiguèrent prodigua publiquement après le siège.
Les inquiétudes et les fatigues auxquelles mon Père fut exposé pendant ce dernier bombardement, joint à un séjour prolongé dans les caves de l’Hôtel de Ville, lui valurent une maladie mortelle dont heureusement sa force physique & sa bonne constitution triompherent.
Après la conquête de toute la Belgique par les Armées Françaises, Nieuport fut désigné comme chef lieu d’un Canton composé de 17 Communes et mon Père nommé Secrétaire greffier de la ville et du Canton.
A l’époque de sa mort, le 17 octobre 1811, il avoit atteint l’âge avancé de 78 ans et s’etoit retiré des Affaires publiques, quelques années auparavant, après avoir compté au delà de 50 Années d’Honorables Magistrature.
C’est ainsi que cet homme estimable marcha sur les traçes et suivit les exemples et les vertus civiques de ses devanciers. Comme Magistrat et citoyen il fut sans contredit …

(début page 60)

Dans une autre écriture :
VI. Françoise Catherine de Brauwere(1795)  épousa Mathieu de Brauwere. De ce mariage naquirent :
1° Désiré de Brauwere, notaire à Furnes. Il épousa Emilie Cardinal. Par son intelligence, sa droiture de caractère, son énergie, il fit une brillante carrière et mourut en 1905 sans postérité.
2° Françoise de Brauwere, célibataire, mourut en 1904.
3° Aimé de Brauwere succéda à son frère comme notaire à Furnes et mourut en …
4° François de Brauwere épousa M. Kesteloot dont il eut 2 fils : Charles et Hyppolite. Il mourut en …
5° Jules de Brauwere épousa à Nieuport Laurence de Bruck dont il eut 2 filles : Agnès et Marie. Il mourut en …
6° Marie de Brauwere, célibataire, mourut en …
7° Pierre de Brauwere, célibataire, mourut en …
8° Joseph de Brauwere épousa à Termonde Juliette de Bruck et mourut en … sans enfants.

Ecriture de Pierre de Brauwere :
  Jacques de Brauwere né à Nieuport le 29 Mars 1735, il fut nommé Abbé mitré de l’Abbaye d’Oudenburgh par Patente Impériale & Royale du 9 février 1789 & supprimé par les Français en 1795, il mourut à Bruges le 22 Mai … suite page 62 : 1803.

(début page 61)

… contredit, celui qui rendit les plus éminents serviçes à sa ville natale.
F. L. J. B. de Brauwere se maria trois fois, il épousa en première noces Dame Anne Marie Andries, née à Ypres près Nieuport le 13 août 1738 dont il eut deux enfans.
Savoir :
1° François Ignace Charles et
2° Isabelle Françoise Antoinette Eugenie. Cette Dame décéda à Nieuport le 16 Janvier 1768.
En seconde noce il épousa dame Antoinette Josephine Briez née à … et décédée à Nieuport le 28 février 1777, sans enfants, et en troisième nôce Dame Marie Anne Agnès Fockedeÿ, née à Nieuport le 9 Mars 1757, décédée à Bruxelles le 29 Avril 1838 à l’âge avancé de 81 ans dont il eut sept enfants, savoir :
1° Pierre Benoît François Marie Anne
2° Jacques Jean François Olivier
3° Jean Pierre François Marie
4°Marie Françoise Jeanne petronille
5° Josephine Françoise Marie
6° Françoise Catherine Caroline
7° Sophie Therese Marie Françoise.

*****

Le second des fils de François Jacques fut :
2° Jacques de Brauwere … né à Nieuport le 29 Mars 1735, après avoir terminé ses études en théologie choisit la carrière Ecclésiastique et entra comme Moine dans l’abbaye de St Pierre & St Paul à Oudenburgh sous le nom conventuel …

(page 62)

… Mai 1803.

(suite page 61. Début page 63)

… conventuel de Paul, tandis que son Oncle maternel Dom Pierre alias Charles Coudelier y exerçoit la dignité Abbatiale ainsi qu’on l’a vu ci avant à la page 31.
Après quelques années d’épreuve son oncle le nomma coadjuteur D’Oudenburg et Curé de Zandvoorde, deux places suffrageantes et ressortissantes de la Juridiction Ecclésiastique de son Abbaye.
Paul de Brauwere remplit ces deux fonctions jusqu’au décès de son oncle qui mourut le 27 Juin 1788.
Lorsqu’il fut question du choix d’un nouvel Abbé Paul de Br. Dont les manières & la conduite avoient fixé l’attention & l’approbation de ses confrères co. Religieux, réunit leurs suffrages dans un Chapitre convoqué ad hoc, et fut élu Abbé de leur Abbaye de St Pierre & St Paul d’Oudenburgh, Seigneur au Temporel de Roostock Enghelenburgh &ca. Cette Election ayant été soumise à l’approbation de S. M. I. & R. L’Empereur Joseph II, elle fut confirmée par lettres patentes de sa dite Majesté, datées de Vienne du 9 Février 1789. Mon Oncle fut mitré et inauguré solennellement le 19 Avril 1789 par Monseigneur Felix Guill. Brenaert, evêque de Bruges une année après la mort de son oncle Coudelier.
En 1791 il assista en qualité d’Abbé Mitré D’Oudenburg à l’inauguration de S. M. L’Empereur Leopold II qui eut lieu à Gand le 16 Juillet 1791, ainsi que je l’ai rapporté au fol. 51 ci avant.
L’Abbaye d’Oudenborgh fut supprimée par les …

(début page 64)

Pierre Jacques Antoine de Brauwere, né à Nieuport le 4 Juillet 1738 fut en son vivant Procureur Notaire et Receveur de la Province de la Westflandre et mourut à Nieuport le … .

(suite de la page 63. Début page 65)

… les Français en 1797, avec toutes les autres Abbayes & Couvents de la Belgique ; ainsi Paul de Brauwere fut le 54e & dernier Abbé mitré d’une des plus anciennes Abbaye des deux Flandres.
Je conserve un beau portrait en pied de ce Prélat qui a été arraché au vandalisme de la suppression Française. Il est peint assis dans un fauteuil devant une table, ses armoiries ornées de la crosse & de la mitre se trouvent en haut sur la droite du tableau conformement au dessin ci contre.
Jacques dit paul de Brauwere mourut à Bruges le 22 mai 1803.
Le troisième fils de Francois Jacques de Brauwere fut :
3° Pierre Jacques Antoine De Brauwere, né à Nieuport le 4 Juillet 1738. Il fut en son vivant un homme très aimé par sa famille et généralement estimé par ses conçitoyens pour la droiture et la franchise de son caractère, il exerça sous le Gouvernement Autrichien les fonctions de Greffier de la Judicature des convois & Liçences de S. M. I. & R. pour la Ville et le Port de Nieuport, ainsi que pour celles de Furnes & sa Chatellanie comme aussi pour celle de Loo & Dixmude. Il fut encore Procureur, Notaire et Reçeveur de la province de Westflandre, lorsque l’entrée des Français en Belgique en 1794 lui fit perdre ces divers emplois. Depuis lors, il continua ceux de Partageur Juré et de Notaire pour la ville et le nouveau Canton qui y fut annexé, et resta de plus jusqu’à sa mort, Premier Regisseur de l’Eglise Paroissiale de Notre Dame et Reçeveur de l’Hopital St Jean dans la dite ville.
Pierre …

(page 66)

Francois Ignace Charles de Brauwere, né à Nieuport le 12 Aout 1764 en son vivant J. W. L., Echevin, Bourgmaistre et Directeur des Postes de la Ville de Nieuport où il mourut le 15 Avril 1820.

(suite page 65. Début page 67)

… Pierre Jacques Antoine de Brauwere mourut à Nieuport le 12 octobre 1807. Il y avoit épousé à Nieuport le 1er mars 1762 Dame Claire Francoise Vroome née à Nieuport le 25 août 1742. Elle y décéda le 4 Julliet 1825 à l’âge avancé de 83 ans laissant quatre enfants savoir :
1° Isabelle Claire Antoinette Pharaïlde.
2° Pierre Charles, Benoit, Passchase.
3° Maximilien, Vincent, Marie.
4° Charles
Comme au moment où J’écris ces notes, il n’y à qu’un seul des Enfans de F. L. J. B. de Brauwere de mort savoir, mon frère consanguin Francois, Ignace, charles de Brauwere, Je me bornerai à donner ici cette seule Biographie des 9 Enfans de mon Père, ainsi que ses Armes. Mon frère naquit à Nieuport le 12 Août 1764, il fit ses études de droit à l’université de Louvain et passa plus tard ses licençes avec mon Père à Rheims en Champagne : de retour à Nieuport de ses études universitaires, il fut nommé Echevin de la ville et mon Père lui ayant cedé en 1793 la Direction de la Poste aux lettres, il fut nommé à cet emploi par lettres patentes de S. A. S. Le Prince de la Tour & Tassis en date du 29 mai 1793.
Après l’entrée des Français en 1794, Francois I. CH. Fut adjoint Maire de la ville et après la fondation du Royaume des Pays-Bas en 1814, sous le Gouvernement de S. M. Guillaume Ier, il fut nommé Bourguemaître de la ville et Député aux Etats de la Province à Bruges. Mon frère etoit un homme de bon Jugement & d’un esprit droit. Magistrat intègre & zêlé il se fit généralement estimer par ses administrés. Bon Epoux & bon Père il fut Egalement aimé par ses …

(page 68 : rien. Début page 69)

… ses proches et mourut à Nieuport le 15 Avril 1820 à l’âge de 56 ans. Il avoit épousé à Nieuport le 4 Février 1793 Dame Marie … Coppieters fille unique de messire Charles Ghislain Coppieters en son vivant J.U.L. 1er Conseiller Pensionnaire de la ville de Nieuport, Juge de Domaines de S. M. I. & R. &ca dont ci à coté les Armes Nobles. De ce mariage il laissa huit Enfans,
Savoir :
Francois Louis
Louis
Henri
Joseph
Amelie
Natalie
Marie Antoinette Alexander medecin
Antoinette van Baeckel
Dame Marie Coppieters mourut à Nieuport le 13 mai 1831.

*****

Fin de la partie généalogique descendante.
Bruxelles le 15 novembre 1837.


P. De Brauwere.

(début page 70)

En 1837, Dame Marie, Anne, Agnès Fockedey, Douairiere de feu mon Père, Francois, louis, joseph Bernard De Brauwere, Isabelle Antoinette Eugenie, ma sœur consenguine, moi Pierre, Benoit, Francois, Marie Anne De Brauwere son Fils aîné, auteur de ce Memoire, ainsi que tous mes autres Freres & Sœurs réunis, voulant rendre un temoignage public d’amour et de reconnaissance envers notre digne Chef et desirant perpetuer ce souvenir de ses vertus civiques & privees, après avoir obtenu les authorisations necessaires de Monseigneur L’Evêque, ainsi que des President & Membres de la Fabrique de l’Eglise Paroissiale de Nieuport, nous avons erigé contre le mur interieur dans le sanctuaire du chœur de Notre Dame du Scapulaire de la dite Eglise, un monument sepulchral en marbre, sur lequel sont sculptés ses noms et qualités ainsi que ceux de son digne Pere Francois Jacques De Brauwere, avec la nomenclature des principaux Emplois et fonctions civiles qu’ils ont rempli tous deux pendant leur longue et honorable carière.
Ce monument est surmonté des armoiries nobles de notre Famille. Voyez le dessin du cénotaphe avec la copie de l’inscription dans mes archives.

P. D. B.

(début page 71)

Généalogie Ascendante

Ainsi que Je l’ai dit en tête de ce Mémoire, J’arrêterai ici la généalogie descendante de notre Famille, ayant suivi régulièrement la série des cinq générations depuis Maximilien De Brauwere, fils de Josse ou Judoce, jusqu’à nous et prouvé sucssessivement toute la filiation par les pièces authentiques que J’ai annexé à ce Mémoire.
Je passe maintenant à notre Généalogie Ascendante, que Je constate par les tableaux généalogiques, par les annotations et traditions de notre Famille que j’ai trouvées dans les archives de mes Ancêtres, lesquelles étant écrites de leurs mains, ont été indubitablement formé sur des pièces probantes qu’ils avaient sous les yeux et doivent ainsi, en raison de la respectabilité et de la véracité des Perssonnes qui les ont écrites dont elles émanent, être considérées comme vraies et dignes de Foi.
N’ayant pu découvrir plusieurs de ces anciennes pièces, J’ai lieu de croire quelles ont été égarées à diverses époques chez l’un ou l’autre des membres de la Famille et d’autres perdues ou détruites pendant les fréquens Blocus et Sièges que Nieuport a essuié dans nos longs débats politiques et les guerres fréquentes entre L’Espagne, L’autriche et la France, soit après la bataille des Dunes dans les années 1658, soit en 1740 et 1758, soit enfin pendant les deux derniers Sièges et Bombardemens de Nieuport en 1793 et 1794 dont j’ai déjà parlé avant. C’est à cette dernière…

(suite page 71. Début page 72)

… dernière époque surtout que nos papiers de Famille furent transporté dans les caves voûtées de l’hôtel de ville et y furent déposé ensemble avec les archives de la Commune. A la reddition de la Place ils furent pris et séquestrés, et il m’est connu, quelles ne furent rendue plus tard à mon Père que partiellement et dans le plus grand désordre.
Une autre circonstance que mon Père nous a encore rapporté, c’est qu’après la réunion de la Belgique à la France, pendant le tems qu’il fut Greffier du Tribunal Civil de l’arrondissement de Furnes, et qu’il y fit un séjour de quelques années ; il avoit pris avec lui beaucoup de documens généalogiques, auxquels il travailloit dans des momens de loisir ; lorsqu’un malheureux accident faillit bruler la maison et les appartemens qu’il occupoit et mit le feu à plusieurs papiers déposés sur la table de son Cabinet.
Voilà, à mon avis, les causes diverses qui m’ont empeché de trouver la totalité des documens anciens qui ont servi à former les deux dernières généalogies originales, auxquelles Je me resere souvant dans ce mémoire sous les Numos 1& 2   l’une etant écrite en 1724 par mon Grand Père François Jacques, remonte jusqu’en 1509, à Jean De Brauwere, fils d’Olivier qui avoit epousé Dame Marie Baert et l’autre sur parchemin ecrite par mon Pere François Louis J. B. De Brauwere, remonte à un Olivier qui eut pour fils un autre Olivier De Brauwere, lequel épousa Marguerite … et eut …

(suite page 72. Début page 73)

… Philippe &a &a.
Ces documens sont encore confirmés par plusieurs feuilles généalogiques, nomement celles que je cotte sous les Numos. Elles sont ecrites par un ancien parent ami de mon Ayeul, qui le fut aussi de mon Pere & dont Je possède plusieurs lettres traitant de leur Filiation. Ce Parent etoit un Mons. J. Van Temsche (van Themsche, cousin de François Louis Joseph Bernard), d’Oudenaerde. J’ai conservé deux de ses lettres qui peuvent servir au besoin de pieces de comparaison.
Ces diverses généalogies s’accordent encore avec une filiation générale ecrite en tête de l’Etat des biens delaissés par feu mon Grand Pere François Jacques De Brauwere ci dessus, décédé à Nieuport le 16 Octobre 1781 et c’est, comme Je l’ai déjà avancé, par toutes ces preuves réunies, que Je considère ces différentes pièces comme parfaitement véridiques et légales.
Je prends donc comme point de depart Ascendant de Josse ou Judoce De Brauwere, Pere de Maximilien, qui fut le Chef de notre branche de Famille de Nieuport. Or, on voit dans l’extrait baptistaire cijoint de Maximilien, qu’il est né à oudenarde et y fut baptisé dans l’eglise de Ste Walburge le 26 avril 1624, fils légitime de Judoce et D’Elisabeth de Bleecker.
Suivant la grande généalogie écrite par mon Père, Josse ou Judoce ci-dessus épousa Dame Elisabeth de Bleecker en 1604, à Oudenaerde, le 17 août 1604, ci … 1604. Josse ou Judoce (Josse I) De Brauwere avoit 25 ans lorsqu’il se maria, en deduisant ces 25 ans. Il étoit donc né en 1579.

(suite page 73. Début page 74)

Transport … 1579. Le Père de Josse ou Judoce (Josse I) qui fut [Jean Josse (Jean III) De Brauwere] avoit 40 ans lorsque Josse ou Judoce (Josse I) naquit ci … 40. Jean Josse (Jean III) est né en 1539. Le Père de Jean Josse qui fut (Jean II) De Brauwere) avoit 30 ans lorsque Jean Josse (Jean III) naquit  ci … 30. Jean (II) est né en 1509. Le Père de Jean (II) qui fut [Olivier (III) De Brauwere] avoit 25 ans lorsque Jean (II) naquit  ci … 25. Olivier (III) naquit en 1484. Le Père d’Olivier (Olivier III) qui fut [Charles (I) De Brauwere] avoit 30 ans lorsqu’Olivier (Olivier III) naquit  ci … 30. Charles (I) est né en 1454. Le Père de Charles (I) fut [Jean (I) De Brauwere] il avoit 32 ans lorsque Charles (I) naquit ci … 32. Jean (I) est né en 1422. Le Père de Jean (I) qui fut [Philippe (I) De Brauwere] avoit 31 ans lorsque Jean (I) naquit ci … 31. Philippe (I) est né en 1391. Le Père de Philippe (I) qui fut [Olivier (II) De Brauwere] avoit 25 ans lorsque Philippe (I) naquit … 25. Olivier (II) est né en 1366. Le Père d’Olivier (II) qui fut encore un [Olivier (I) De Brauwere] avoit 40 ans lorsque Olivier (II) naquit ci … 40. Ce dernier Olivier (I) est donc né en 1326. Observons que le Tableau Généalogique …

(Suite page 74. Début page 75)

… de la Famille De Brauwere de Nieuport ne remonte pas plus haut et qu’ainsi ce dernier Olivier (I) doit être considéré comme le Fondateur et la Souche première de cette ancienne famille. En comparant l’époque à laquelle se sont passé les Exploits signalés de messire Olivier van Steeland dict De Brauwere en 1326. et celle de la naissance d’Olivier (I) De Brauwere ci-dessus en 1326 on trouvera que ce premier avoit 35 ans lorsque comme le rapportent les annales : « Supporté seulement par ses Parens et ses Amis, il mesna guerre contre ceux de Tournai »
Voyez : les Annales de Flandres de P. D’Oudegherst, enrichies de notes grammaticales, historiques et critiques &a par M. Lesbroussart, Tom. 2, fol°498 à Gand chez P. F. de Goesin ainsique dans Kronyke of Jaerboeken van Vlaenderen gedrukt te Gand by C.J. Fernand anno 1785, tom 2, Kapitel CLXV. Fol° 265 = voyez encore f° 78 ci-après.
  Le rapprochement des Epoques auxquelles ces individus vécurent, la Province à laquelle ils appartenoient (la Flandre Occidentale) et la parfaite similitude de noms et prénoms démontrent clairement que ces deux individus ne font qu’une seule et même personne et par conséquent, que la noblesse de la Famille des De Brauwere de Nieuport, peut être classée, dans le moyen âge, au nombre des plus anciennes de la Belgique.
  J’ajouterai même, que le fait historique rapporté dans les annales et chroniques…

(début page 76)

mentionnés ci dessus, porte trop évidemment le caractère de cette ancienne Chevalerie du moyen âge, pour ne pas admettre qu’Olivier van Steeland dict De Brauwere ne fut un noble chevalier ; car dans cette qualité, il est peu probable que son Seigneur Suzerain Louis De Maele, eut permis à un noble non titré, de venger avec tant d’éclat une injure faite à lui et à sa Famille, dans la personne de son Ecuyer, qu’il assuroit être Noble aussi.
  L’on puit donc conclure avec confiance de ce fait d’armes remarquable, ainsi que des traités qui en furent la suite et dans lesquels intervinrent Jean II, Roi de France, ainsi que le Comte Louis De Maele ; qu’Olivier van Steeland dict De Brauwere, etoit en effet un Noble Chevalier et qu’ainsi sa descendance directe, doit être considerée comme issue d’une ancienne extraction Chevaleresque.
  Le fait même que messire Olivier etoit accompagné d’un Ecuyer Noble, prouve aussi la verité de mon assertion. De plus il est généralement connu, que lorsqu’un Noble acqueroit autrefois des Fiefs ou titres seigneuriaux Féodaux, qu’il en prenoit presque toujours le nom et le Substitut ou l’ajoutoit à celui de sa Famille, ainsi, Olivier De Brauwere ayant acquis la Seigneurie de Steeland, aura écrit, Olivier van Steeland dict De Brauwere, comme il eut pu également ecrire : Olivier De Brauwere dict van Steeland.

Fin de la partie …


(début page 77)

… Généalogique Ascendante
Bruxelles le 15 novembre 1837
P. De Brauwere

Conclusion

  Ayant ecrit ce memoire dans le but de servir d’information à ma Famille, J’ai cru utile d’entrer dans tous les détails qui peuvent faire connaître avec vérité le caractère, la position sociale ; ainsi que la vie publique et privée de nos Devanciers. C’est en les mettant ainsi en relief, que j’ai voulu les pôzer comme des modèles pour ceux de nous sachant les apprecier, voudront suivre leurs exemples et marcher sur leurs traces.
  Notre Famille n’ayant, depuis des tems reculés, derogé à la position noble et respectable qu’elle s’est acquise dans le monde ; ses membres pourront toujours par suite d’une bonne conduite, d’une éducation soignée et des principes honorables, s’ouvrir une carrière tant aux Alliances, qu’aux Emplois et aux distinctions publiques.
  Il est possible que quelques uns, en lisant ce Recueil interprêteront mal ma pensée et n’y trouveront qu’un bût d’ambition mal déguisé ; à ceux là Je ne repondrai pas, mais aux autres …

(début page 78)

… autres qui m’auront compris, pour ceux qui se sentiront de la dignité et du caractère, pour ceux enfin qui  comme moi, auront appris à connaître le monde par le tems et l’experience, ceux là appercevront le but louable où Je veux les conduire et à Eux aussi sera reservé peutêtre, le bonheur d’y atteindre.
Bruxelles le 15 novembre 1837.
P. De Brauwere

  (voir fol° 75) Après la cloture de ce memoire, il est sorti de la presse à Gand un ouvrage fort interessant pour l’ancienne histoire des Flandres intitulé « de Cronijcke van den Lande ende Graesscepe van Vlaenderen, gemaekt door JoNicolas Despars, van de Jaeren 405 tot 1492 met de nodige aentiekeningen opgehelderd door J. De Jonghe te Brugge 1839. »
  Cette chronique Tom. 2 à la page 458 rapporte les même faits et circonstances sur l’Episode de messire Olivier van Steeland dict De Brauwere en 1361 commençant par ces mots : « Vinck Mer Olevier van Steelant (ghezeit) de Brauwere) Poortere van Ypere, den alder principaelsten Capitein (binnen dier Contreye) &a &a.

(début page 79)

Calcul sur les Générations Ascendantes et descendantes


Génération descendante


  Mon frère consanguin, François Ignace, qui forme la 5e génération, est mort en 1820. Notre Ayeul Maximilien De Brauwere est né en 1624Ainsi les 5 générations descendantes ont vécu 196 ans ce qui donne une moyenne de 39 ½ ans par génération.
Génération Ascendante.
Les exploits de Messire olivier van Steeland dict De Brauwere se sont passés en 1361. Lors qu’il avoit 35 ans. Ainsi Olivier est né en 1326. Nous voyons que Josse ou Judoce De Brauwere, Père de Maximilien, s’est marié à Oudenaerde en 1604. Josse ou Judoce ayant 25 ans lorsqu’il se maria 25. Il etoit né en 1579. Il a vécu 68 ans. Il doit être mort en 1647. Nous voyons ci-dessus qu’Olivier van Steeland est né en 1326. Ainsi les 9 générAscendtes ont vécu                                                                        321 ans. Ce qui donne une moyenne de 35 2/3 années par génération.
35
68
Génération descendte            39 1/5
d°      Assendte                              35 2/3
74
Ainsi la moyenne générle pour les 14 générations est 37 ans.

(page 80 : rien. Début page 81)

Ainsi qu’on l’a vu dans la partie généalogique ascendente de ce Mémoire, f°71, les rapports, l’identité et l’homogénéïté des Familles De Brauwere et Van Steeland sont établi d’une manière si claires et si incontestables, que comme fils ainé, descendant direct de cette branche, Je me suis determiné de reprendre notre nom de Van Steeland, cité avec tant de distinction dans les annales de Flandre, et de l’ajouter de nouveau au mien. En conséquence, J’ai donné connaissance de cette résolution à toute ma Famille tant en Belgique qu’en Hollande, ainsi qu’à mes amis dans ces deux Pays et ce par deux circulaires, dont l’une est datée de Bruxelles et l’autre de Rotterdam le 28 décembre 1838. Par ces lettres (dont les copies se trouvent dans mes Archives) Je leur annonce que par des motifs honorables pour ma Famille et à partir du 1er Janvier 1839, J’ajouterois à ma signature ordinaire, le nom de Van Steeland et qu’a partir de la même époque, mon Epouse et mes Enfans le prendraient et le signeroient de même.
  De plus, et afin de donner un plus haut caractêre d’authenticité à cette résolution, J’en ai fait, à Rotterdam lieu de ma résidence ordinaire, une déclaration par devant les notaires Royaux Messieurs Cornelis Hendricus Van der Looÿ et Jan …

(début page 82)

… Van der Hoop Jaczn, avec dépôt d’une copie imprimée de ma dite circulaire, les priant d’en former un acte de dépôt en règle et de m’en délivrer deux copies authentiques qui me furent dépêchées le 12 août 1839 (voyez ces copies dans mes archives).
  Du reste Je me réserve encore de faire, plus tard, toutes autres demarches que Je jugerai convenables pour rendre à ces noms réunis, tous titres ou distinctions que je croirai devoir leur réunir.

Rotterdam le 30 Septembre 1839
P. De Brauwere


qui signe maintenant P. De Brauwere van Steeland.

Adjonction de 'van Steeland' à 'de Brauwere' le 1er janvier 1839.
Circulaire du 28 décembre 1838 signée par Pierre de Brauwere
annonçant l'adjonction de "van Steeland" à son nom ;
nom que porteront 'son épouse et ses enfants'.
Moniteur belge n° 290, 1846. Archives Nolet de Brauwere van Steeland.
"Le sieur Nolet de Brauwere van Steeland", Moniteur belge N° 290, 
17 octobre 1846 relatant un acte signé de Léopold Ier
le 30 septembre 1846,

première utilisation officielle du patronyme hollandais.




_________________________

https://armoiries-noblesse-belge.blogspot.com/2015/03/obits-armoiries-noblesse-belge.html

Liens publicitaires exploitant ce blog interdits pour tous pays.
Exceptions