https://armoiries-noblesse-belge.blogspot.com/
"Horum omnium fortissimi sunt Belgae"
De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves

 
Blog d'Olivier Nolet de Brauwere,
Héraldiste et Généalogiste
(pas de profil sur les réseaux sociaux)
Ce blog vous plaît ? Faites le connaître.

FUNERAILLES DU TSAR ALEXANDRE Ier - 1825




Alexandre Ier de Russie ou Alexandre Pavlovitch Romanov (en russe : Александр Павлович Романов), né le 23 décembre (12 décembre) 1777 à Saint-Pétersbourg et mort le 1er décembre (19 novembre) 1825 à Taganrog, fils de Paul Ier et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg, fut empereur de Russie du 23 mars 1801 à sa mort, et roi de Pologne de 1815 à sa mort (d'après Wikipédia).

Il s'agit ici d'un récit d'Alexandre Dumas dont on peut dire qu'il est vraisemblable qu'il ait eu ses sources puisque des gravures avaient été réalisées, notamment en 1828.




Alexandre Ier - Cortège funèbre - Gravure de N. Danilevsky, 1828.
Origine de l'image.

(…)
Le lendemain (du décès), le corps fut exposé sur une estrade, élevée dans la maison même où il était mort. La chambre était tendue de noir, le cercueil recouvert d’un drap d’or, et un grand nombre de cierges éclairaient l’appartement. Chaque personne qui entrait recevait à la porte un flambeau allumé, qu’elle gardait tout le temps qu’elle restait dans la salle funèbre. Un prêtre placé à la tête de la bière, disait des prières ; deux sentinelles, l’épée nue, veillaient jour et nuit ; deux autres gardaient les portes, et deux autres encore étaient échelonnées sur chaque degré de l’escalier.
            Le corps resta ainsi vingt-deux jours exposé, visité par une foule de spectateurs, qui accouraient là comme à un spectacle, et gardé par l’impératrice, qui voulut assister à chaque messe que l’on disait de deux jours l’un, et qui s’évanouit à toutes. Enfin, le 23 décembre, à neuf heures du matin, le cadavre fut transporté du palais au monastère grec de Saint-Alexandre, où il devait demeurer exposé jusqu’à son départ pour Saint-Pétersbourg. Il était sur un char funèbre attelé de huit chevaux, couverts jusqu’à terre de housses de drap noir, abrité sous un dais de drap d’or, et dans un cercueil recouvert de drap d’argent et orné d’écussons aux armes de l’empire. La couronne impériale était placée sous le dais. Quatre généraux-majors, assistés de huit officiers-majors, portaient les cordons du dais. Les personnes de la suite de l’empereur et de l’impératrice suivaient immédiatement en longs manteaux de deuil et portant des flambeaux, tandis que, de minute en minute, l’artillerie légère des Cosaques du Don, qui avait été mise en batterie sur l’esplanade de la forteresse, tirait un coup de canon.
Arrivé à l’église, le corps fut transporté sur une estrade de douze marches, couverte de drap noir, surmontée d’un catafalque de drap rouge, supportant un socle couvert de velours ponceau avec des armoiries en or. Quatre colonnes soutenaient le dais, que couronnaient le diadème impérial, le sceptre et le globe. Le catafalque était entouré de rideaux de velours ponceau et de drap d’or, et quatre grands candélabres, placés aux quatre coins de l’estrade, supportaient un nombre de cierges suffisant pour lutter avec l’obscurité de l’église, obscurité causée par des tentures de drap noir semées de croix blanches dont les croisées inférieures de l’église étaient couvertes.
(….)



Alexandre Dumas, Mémoire d’un maître d’armes, Bruxelles, société belge de librairie. Hauman & Cie, 1840, pp.108-110.



Alexandre Ier - Cortège funèbre



_________________________

https://armoiries-noblesse-belge.blogspot.com/2015/03/obits-armoiries-noblesse-belge.html

Liens publicitaires exploitant ce blog interdits pour tous pays.
Exceptions